L'informateur

Ne formez pas ma compétition

Il peut s’avérer difficile d’ignorer toutes ces compagnies de second ordre… voici comment faire et comment garder intacte votre santé mentale.

Chaque marché est un vacuum.

Dans chaque secteur, il y aura un certain nombre de compagnies représentant une industrie donnée… repas rapides, stations-service, immobilier, plombiers, salons de coiffure, etc.

Certains feront du bon travail et d’autres — pas si bon!

Certains opéreront de façon responsable et d’autres pas.

Certains utiliseront les techniques dernier cri, formeront leurs employés, seront conforme à la loi et proprement assurés, utiliseront des fournitures et de l’équipement de qualité, factureront un tarif raisonnable, et travailleront de façon honnête et intègre.

D’autres pas.

Qu’en est-il de votre compétition?
Il en va de même pour votre compétition — les entreprises de nettoyage et de restauration de votre secteur.

Le nombre d’entreprises dans une région donnée varie généralement en fonction de la population et des parts de marché.

Le marché est un vacuum! Si le nombre d’entreprises ne répond pas à la demande, ou si la qualité est déficiente, la force du marché générera plus de compétition.

En d’autres mots, ne vous en faites pas; vous aurez toujours de la compétition, bonne ou mauvaise.

La question est: Seront-ils des “coupeux de prix” ou seront-ils des entreprises de qualité qui supporteront les prix et les standards de l’industrie?

La compétition est inévitable
La compétition est un fait. Il est préférable que vous ayez une bonne compétition qu’une mauvaise.

Les bons compétiteurs vous ressemblent; ils sont comme vous. Ils investissent temps et argent dans leur entreprise, et savent que pour survivre ils doivent facturer un tarif raisonnable pour leurs services.

Souvenez-vous, il y a du travail pour tous. Vous ne pouvez pas nettoyer tous les tapis ou effectuer tous les contrats de restauration.

Vous devez choisir votre niche de même que vos compétiteurs.

Par chance, ils n’empièteront pas trop…

Mon associé et moi avons décidé dès le début de notre entreprise de viser une clientèle aisée.

Nous nous sommes concentrés sur certains quartiers et avons fait de ces endroits des marchés cible.

Compte tenu du taux de rétention de cette clientèle, notre entreprise a très bien fonctionné. Nous avions les prix les plus élevés en ville; ça importait peu car nous offrions un travail de qualité et une valeur constante.

Erreurs fatales
Une erreur désastreuse que le propriétaire ou le gestionnaire fait est de permettre à la compétition d’influencer la façon dont il gère son entreprise comme: prix ridiculement bas, sauter des étapes (ex : passer l’aspirateur, préconditionnement), utiliser des fournitures et de l’équipement de qualité inférieure, ne pas former les employés, faible rémunération des employés, etc. La liste peut s’étendre indéfiniment.

Il s’agit d’une situation où tout le monde est perdant. Chacun meurt de faim!

De tels compétiteurs ne méritent pas leur salaire – ou peut-être que oui – mais tôt ou tard, ils feront faillite!

Alors comment séparer les bons compétiteurs des mauvais? De plus, comment devenez-vous le type de compétiteur qui fixe le marché de façon positive?

Commencez par ce qui est évident:
· Autorisation d’exploitation et assurance
· Paie et avantages raisonnables
· Formation pour les employés
· Rencontres hebdomadaires pour renforcer la communication
· Formulaires professionnels
· Suivi auprès du client pour s’assurer de la qualité
· Publicité régulière
· Prix équitables et raisonnables

Et la liste continue ainsi.
Donc, la prochaine fois que vous verrez le camion d’un compétiteur, ne vous plaignez pas à son sujet.

Au contraire, remerciez-le de combler un vide du marché… mais seulement s’il s’agit d’un compétiteur de “qualité”.

Pour les autres, vous pouvez les maudire jusqu’à ce que vous soyez contenté.

Probablement que leurs clients — traduisez “victimes” — font la même chose.

Éventuellement, les forces du marché balaieront les mauvais.

Souvenez-vous, la bonne compétition doit rester et réussir comme vous afin de combler le vide du marché et aussi pour devenir votre ami.

Cet article a été écrit par Ruth Travis qui préside la Society of Cleaning and Restoration Technicians et siège au conseil de l'IICRC.



Références
www.cleanfax.com